Aller au contenu principal

Sitatunga

tragelaphus spekii

Répartition dans le monde

sitatunga map

Galerie photos

Statut de conservation

Cette espèce participe au programme d’élevage Européen.

LC : Préoccupation mineure

Description

Mammifères

La sitatunga est une petite antilope qui fait partie des artiodactyles dont la particularité principale est de posséder un nombre de doigts pair.

Fiche information

Jusqu’à 22 ans en captivité
50 à 125 kg
Herbivore
8 mois

Particularité

Caractéristiques morphologiques

Hauteur au garrot : 75 cm à 1 m
Poids : 50 à 125 kg

Au vue de son habitat (marécages), la sitatunga possède des pattes arrière plus longues que les pattes avant, ce qui lui permet une meilleure agilité et surtout une meilleure propulsion. De plus, ses sabots sont très longs, avec des doigts pouvant s'écarter largement, lui apportant ainsi une très bonne stabilité dans les sols meubles. Il existe un dimorphisme sexuel très important chez la sitatunga. Tout d'abord, les mâles sont beaucoup plus grands que les femelles. Ensuite, seuls les mâles vont porter des cornes qui peuvent mesurer jusqu'à 90 cm. Et enfin, la couleur du pelage diffère : la femelle présente une robe orangée, tandis que le mâle va plutôt être brun foncé. Selon les régions, le pelage peut porter également des tâches et des rayures, qui seront beaucoup plus marquées chez les jeunes.

Répartition géographique

La sitatunga se trouve majoritairement en Afrique de l'est, mais on la retrouve tout de même en Afrique du sud et de l'ouest. En revanche, elle est maintenant éteinte au Niger et probablement aussi au Togo. Il existe 5 sous-espèces de sitatunga mais en Europe, seule la sous-espèce de l’Ouest (Tragelaphus spekii gratus) est présente dans les parcs zoologiques.

Habitat

Cette petite antilope semi-aquatique vit principalement dans la végétation haute et dense, toujours à proximité des marécages. On la retrouve donc aussi bien dans la forêt que dans les fourrés ou les mangroves. En revanche, elle évite toujours les plans d'eau dépourvus de végétation et apprécie tout particulièrement les points d'eau entourés de papyrus. On la retrouve systématiquement aux endroits les plus profonds des marécages.

Régime alimentaire

La sitatunga est un herbivore strict qui est extrêmement sélectif. En effet, elle ne va choisir que des plantes qui sont au stade de floraison. Elle trouve ses ressources aussi bien dans les zones marécageuses que dans des endroits plus secs. Elle n'hésite pas à s'immerger jusqu'aux épaules pour atteindre les plantes voulues. La plupart du temps, les sitatungas sortent la nuit pour brouter et vont se déplacer au bout de quelques jours pour changer de parcelle.

Structure sociale

Les sitatungas sont dits semi-sociales, non territoriales et à tendance sédentaire. Tant que la nourriture est en abondance, ce qui est souvent le cas, les sitatungas peuvent vivre en gros troupeaux pouvant atteindre une densité de 55 individus au kilomètre carré. Les femelles vivent en hardes, parfois accompagnées de mâles sub-adultes. Les mâles adultes, en revanche s'évitent au maximum.

Reproduction

Il n'y a pas vraiment de saison de reproduction chez les sitatungas : les femelles peuvent mettre bas tout au long de l'année, avec une période d'environ 1 an entre chaque mise bas. Avant l'accouplement, le mâle va suivre la femelle pendant un certain temps, celle-ci va ainsi régulièrement se laisser approcher pour fuir au dernier moment. Après ce petit manège, elle va finalement se laisser approcher et le mâle va alors poser sa tête sur son dos. Par la suite, il va lui soulever les pattes arrière et l'accouplement peut avoir lieu. Après 8 mois de gestation, la femelle mettra bas à un petit qu'elle va cacher au sec sur des sortes de plateformes de roseau jusqu'à ce qu'il puisse la suivre avec autant d'agilité qu'elle au bout de quelques mois. On dit alors que le petit est nidicole, il reste au nid pendant que la mère se nourrit plus loin.

Protection de l'espèce

Les sitatungas ne sont pas considérées comme menacées par l'UICN bien que leur nombre soit en diminution. La principale menace qui pèse sur ces antilopes est la destruction et la fragmentation de leur habitat. En effet, les marécages sont sujets aux feux déclenchés par les hommes pour la culture sur brulis. La perte constante de ces zones humides pourrait devenir problématique pour le devenir de l'espèce. En Europe, la sitatunga est placée en ESB (European StudBook).

Le saviez-vous ?
Lorsque les sitatungas se sentent en danger face à un prédateur, elles ont la capacité de s'immerger totalement dans les marécages, ne laissant ainsi dépasser que leurs narines jusqu'à ce que le danger s'éloigne.

Le sitatunga est aussi appelé "guib d'eau" en raison de la tactique qu'il utilise pour se protéger des prédateurs. En effet, pour échapper aux félins, il plonge dans l'eau et ne laisse dépasser que le bout de son museau.

Rezoo sociaux

Thoiry ZooSafari

Thoiry ZooSafari

Thoiry ZooSafari mer 05/08/2020 - 16:09

Concert Barry Morre & Yannick Noah au ZooSafari de Thoiry - Juin 2021

5EXfzVnHBf8
Thoiry ZooSafari jeu 04/06/2020 - 16:16

Sauvetage d'un ourson au ZooSafari de Thoiry

lVpaDcgkTcQ
Thoiry ZooSafari ven 29/05/2020 - 17:26

Live #14 Retour sur l'ile des lémuriens - QUIZZ

x1H7uPLTsR4