Lion d’Afrique

Parc à pied
Les animaux du parc à pied...

Le lion est surnommé « le roi des animaux » car sa crinière lui donne un aspect majestueux.

La crinière indique l'état de santé du lion : quand elle est longue et touffue, c'est que l'animal est bien nourri et en bonne santé.

Lion et deux Lionceaux
Galerie :  
Lion sur le tunnel de verre au zoo de Thoiry
Profil de Lion
Deux Lionnes se sentent !
Le Lion dans le vent
Lion et Lionceaux au zoo de Thoiry
Le roi Lion
Lionne
Couple de Lion sur le Tunnel de verre au zoo de Thoiry
Lionceaux
Lion devant le tunnel au zoo de Thoiry
Lionne qui mange
Profil de Lionne
En détail
Classe :  
mammifères
Ordre :  
Carnivores
Famille :  
Félidés
Origine :  
Afrique
Longévité :  
12 à 16 ans
Lion d’Afrique
Panthera leo

Classification  

Le lion est un membre de l’ordre des Carnivores et de la famille des Félidés. S’il côtoie le chat domestique, le guépard ou le lynx au sein de cette famille, ses plus proches cousins sont le tigre, la panthère ou le jaguar. Ceux-ci appartiennent en effet à la sous-famille des panthérinés, qui sont capables de rugir grâce à certaines particularités anatomiques. Après le tigre, c’est le plus grand félin au monde.

2 sous-espèces sont actuellement reconnues : le lion d’Asie (Panthera leo persica), très menacé, et le lion d’Afrique (Panthera leo leo).

Bien qu’aucune étude génétique n’ait permis de le confirmer, 5 populations différentes seraient distinguées en Afrique, en fonction de leurs caractéristiques morphologiques et de leur localisation géographique. On peut ainsi différencier le lion d’Afrique de l’ouest (Panthera leo senegalensis), celui du Congo du nord-est (Panthera leo azandica), celui du Congo du sud (Panthera leo bleyenberghi), celui d’Afrique du sud (Panthera leo krugeri) et celui d’Afrique de l’est (Panthera leo nubica).

Caractéristiques morphologiques  

- Longueur du corps : 2,4 à 3,3 m.
- Longueur de la queue : 0,6 à 1 m.
- Hauteur au garrot : 1,1 m en moyenne.
- Poids : 125 à 270 kg en moyenne.

- Le lion est le seul félin à posséder une crinière et un pinceau de poils noirs au bout de la queue.

- Il est caractérisé par son dimorphisme sexuel très marqué. Le mâle est plus grand et plus lourd que la femelle. Il possède une crinière qui recouvre sa tête et une partie de son corps. Elle est formée de poils longs, épais et de couleur variant du noir au blond. Son rôle est de protéger les zones vitales lors des combats avec d’autres lions. C’est également un indicateur de l’état de santé de son possesseur.
Le développement de la crinière est fortement influencé par le taux de testostérone. Elle commence à pousser vers 1 an et demi / 2 ans, s’étoffe et fonce avec l’âge.

- La couleur de son pelage varie du jaune crème au marron, avec une face ventrale plus claire. Comme tous les membres de la sous-famille des panthérinés, il est tacheté. Cependant si les rosettes brunes sont visibles à la naissance, elles s’estompent à l’âge adulte.

- Ses oreilles sont petites et rondes. Très mobiles, elles sont utilisées pour exprimer différents types «d’émotions», comme chez le chat. Pour montrer son mécontentement ou sa méfiance, le lion abaisse ses oreilles. Les taches noires présentes au dos de ces dernières sont alors bien visibles et permettent d’accentuer le message. Ces zones sombres associées au pinceau noir de la queue sont également des repères facile à suivre pour les lionceaux dans les hautes herbes de la savane.

- Ses griffes longues et épaisses, sont rétractiles. Au repos, elles sont repliées dans leur fourreau de chair. Le lion les utilise pour agripper une proie ou pour griffer le sol ou les arbres.

- Ses crocs puissants lui permettent de « harponner » ses proies avec force, puis de transpercer leur cuir épais. Ses molaires aux arêtes pointues broient les os les plus résistants.

- Sa langue est recouverte de papilles cornées recourbées qui jouent le rôle de râpe et permettent à l’animal de racler les petits morceaux de chair sur les carcasses.

- Son corps allongé et puissant lui permet de mettre à terre une proie beaucoup plus grande et plus lourde que lui.

Répartition géographique  

Le lion est présent dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne et en Inde.

Habitat  

L’espèce fréquente les milieux ouverts : plaines, savanes, fourrés et semi-déserts possédant des zones ombragées. Ces régions doivent également renfermer des proies de grande taille en quantité importante.

Régime alimentaire  

Le lion est carnivore, il chasse principalement des proies de taille moyenne ou grande : antilopes, buffles et zèbres. Cependant il peut se nourrir d’oiseaux, de rongeurs, de primates, de phacochères et parfois même de rhinocéros, d’hippopotames ou d’éléphants. Il lui arrive de s’hydrater en mangeant certains végétaux : racines et tubercules, melons.

Cette espèce est opportuniste, elle se nourrit en premier de proies faciles à attraper ou de charognes.

Ce sont généralement les femelles qui chassent en groupe et plutôt la nuit afin d’être moins visibles. Lorsqu’une proie est repérée, elles l’isolent et la pourchassent en se relayant. Une fois qu’elles ont réussi à la faire tomber, un individu se charge de la tuer en la mordant à la nuque ou au cou.

Une fois la proie tuée, ce sont les mâles qui mangent en premier. L’expression « se tailler la part du lion », c’est-à-dire se réserver les meilleurs morceaux est liée à ce comportement. Ensuite ce sont les femelles qui ont accès à la carcasse, puis en dernier viennent les jeunes.

Pourquoi cette hiérarchie dans la prise de nourriture ? Ce sont les mâles qui mangent les meilleurs morceaux parce qu’ils sont chargés de la défense du groupe. Ils se doivent donc d’être les plus vifs afin de protéger le mieux possible le clan. En second viennent les femelles car elles sont chargées de donner naissance aux générations suivantes. En cas de famine, il vaut mieux que ce soient les jeunes qui n’aient pas accès à la nourriture car leur perte a moins de conséquences sur le groupe.

Structure sociale  

Les lions sont les seuls félins vraiment sociaux : ils vivent en groupes composés de plusieurs femelles apparentées, de 1 à 7 mâles adultes et de leurs jeunes.

La taille du groupe peut varier de 5 à 30 individus. Elle dépend du nombre de proies disponibles sur un territoire. Généralement le groupe se scinde en petites troupes pour aller chasser.

La vie en groupe procure de nombreux avantages : meilleure réussite à la chasse, meilleur élevage des jeunes et meilleure protection des membres. Les tâches au sein du groupe sont en effet partagées : les femelles chassent, les mâles défendent et protègent le groupe. Tous les membres prennent soin des jeunes et participent à leur élevage. Il n’est pas rare de voir un mâle jouer avec des lionceaux.

Les femelles d’un clan donnent naissance à leurs jeunes souvent en même temps : ils sont donc élevés et allaités par toutes les mères du groupe. Alors que les femelles restent généralement dans leur groupe d’origine, les jeunes mâles le quittent vers 2-3 ans. Ils formeront des coalitions avec d’autres mâles pour prendre possession d’un groupe de femelles. Ils restent généralement 3-4 ans à la tête d’un groupe avant d’en être chassés par une autre coalition.

Les mâles victorieux éliminent les jeunes non sevrés malgré la résistance farouche de leur mère. Ils s’assurent en fait un retour en oestrus des femelles et des accouplements rapidement après leur arrivée. Ils défendront ainsi un groupe formé de leur propre progéniture.

La taille du territoire varie généralement de 20 à plus de 2 000 km² en fonction de la disponibilité en proies.

La protection et la défense de ce territoire passent tout d’abord par un marquage olfactif et visuel de ses limites. Des sécrétions glandulaires, de l’urine ou des fèces sont déposées en des points stratégiques, aux limites du domaine. Un clan qui se présente alors à ces «bornes» de marquage sait que le territoire est déjà occupé et va s’installer ailleurs. Le lion possède des glandes au niveau de l’anus, sur le museau et entre les doigts. En se frottant sur les troncs d’arbre ou le sol, ou en les griffant, il les imprègne de son odeur. De même, les rugissements émis par tout le groupe signalent à plusieurs kilomètres de distance qu’une zone est déjà occupée. Il permet également de renforcer les liens au sein du groupe.

Les lions communiquent entre eux par divers grognements, grondements ou miaulements, mais aussi par des mimiques et postures variées. Ils se saluent en frottant leur tête l’une contre l’autre, tout en poussant une plainte grave et en gardant leur queue redressée.

Reproduction  

Cette espèce se reproduit tout au long de l’année, cependant on observe un pic des naissances pendant la saison des pluies.

- Durée de la gestation : 100 à 114 jours.
- Taille de la portée : 1 à 6 petits.
- Intervalle entre 2 portées : 20 mois si la portée précédente a survécu, 4 à 6 mois sinon.
- Indépendance du jeune : vers 16 mois.
- Maturité sexuelle : vers 4 à 5 ans.

La longévité du lion est d’environ 12 à 16 ans dans le milieu naturel, et de 25 à 30 ans en captivité.

Protection de l'espèce  

Autrefois les lions étaient présents dans toute l’Afrique, et jusqu’en Asie du sud-ouest. Il y a 2000 ans, ils vivaient aussi en Europe. Aujourd’hui, il ne resterait plus que 30 à 50 000 lions en Afrique, présents majoritairement en zone subsaharienne et 350 seulement en Inde, dans le Parc National de Gir.

Les lions adultes ont pour seul prédateur l’Homme ; ils peuvent être exposés à la famine ou aux attaques par d’autres lions.

Les principales causes de disparition du lion sont la chasse par l’Homme et la diminution du nombre de proies potentielles. Il est fortement persécuté dans toutes les régions où l’élevage du bétail est important. Il est alors empoisonné ou tué directement. Il est par ailleurs chassé comme trophée dans plusieurs pays d’Afrique.

La réduction ou la transformation de son habitat ont également provoqué le fractionnement de ses populations et leur isolement.

Le lion est cependant préservé par des lois internationales et nationales. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a classé la sous-espèce africaine dans la catégorie « Vulnérable » et la sous-espèce asiatique dans la catégorie « En danger ».

De plus, le lion d’Afrique est placé en Annexe II de la Convention de Washington sur le commerce de la faune et de la flore menacées. Le lion d’Asie quant à lui est en Annexe I.

Les mesures de protection majeures sont l’apaisement du conflit Homme-lion, la conservation et l’augmentation de l’habitat et des ressources alimentaires de l’animal.

La plupart des programmes sont axés sur les avantages que les populations locales pourraient retirer de leur implication dans la conservation et la gestion de l’espèce et de son environnement : création d’emplois,amélioration des conditions de vie, préservation et développement d’une région…

De l’éducation du public dépend la préservation des écosystèmes dans lesquels le lion joue un rôle important. Ainsi, chaque action de conservation est associée à des campagnes de sensibilisation et d’information auprès de tous les acteurs potentiels : villageois, fermiers, politiques, étudiants… Pour le lion d’Asie, les priorités sont la résolution du conflit avec l’Homme et l’établissement d’une seconde population sauvage.

Le saviez-vous ?  

En 2012, la toiture de la maison des lions qui montrait des signes de vieillesse importants, a été entièrement rénovée. Elle sera végétalisée d’ici quelques mois. Nos animaux bénéficieront alors d’une maison qui conserve mieux la chaleur en hiver et qui est mieux climatisée en été grâce à l’action des plantes qui pousseront sur le toit.