Gibbon à mains blanches

Parc à pied
Les animaux du parc à pied...

Grâce à ses bras démesirément longs, le gibbon se déplace en sautant très rapidement de branches en branches. Ce mode de locomotion, appelé brachiation, est particulièrement utile dans les forêts tropicales où il vit.

Galerie :  
En détail
Classe :  
mammifères
Ordre :  
Primates
Famille :  
Hylobatidés
Origine :  
Asie
Longévité :  
jusqu'à 30 ans dans la nature, jusqu'à 50 ans en captivité
Gibbon à mains blanches
Hylobates lar

Classification  

Le gibbon à mains blanches fait partie des Hylobatidés. Cette famille appartient, tout comme les grands singes, à la super-famille des Hominoidae, qui présente différentes particularités. Tout d'abord, ce sont des primates sans queue. Ensuite, ils présentent des callosités au niveau de l'arrière-train. En revanche, l'une des caractéristiques les plus marquantes des Hylobatidés est que l'articulation de leur poignet leur permet des mouvements sur des axes, contrairement aux grands singes.

Caractéristiques morphologiques  

Hauteur du corps : 40 à 60 cm.
Poids : 4 à 8 kg.

Les gibbons à mains blanches, contrairement à d'autres espèces de gibbons, ne présentent pas de dimorphisme sexuel. En effet, leur pelage peut être brun, noir, ou encore crème chez les mâles comme chez les femelles. Leur visage sans poils est entouré d'une sorte d'anneau de poils blancs ou clair, que l'on retrouve également au niveau des mains et des pieds. Ils possèdent de très longs doigts leur permettant d'agripper fermement les branches lors de leurs déplacements. De plus, ils ont les bras une fois et demi plus longs que les jambes, leur conférant ainsi une très grande agilité lors de la brachiation, qui est leur mode de déplacement principal.

Répartition géographique  

Le gibbon à mains blanches vit en Asie du sud-est, principalement en Indonésie sur les îles de Bornéo et Sumatra, mais également au Laos, en Thaïlande, en Birmanie et en Malaisie. Malheureusement, il ne se trouve plus en Chine à l'heure actuelle.

Habitat  

Le Gibbon Lar vit dans la canopée indonésienne à 10 - 20 m de haut, dans des forêts mixtes de bambou et d'arbres à feuilles caduques. On le trouve à des altitudes relativement basses : maximum 1500 mètres. Il peut également vivre dans les forêts secondaires en cours de régénération et dans les forêts en zones marécageuses.

Régime alimentaire  

Les gibbons sont principalement frugivores. Ils ont la particularité de choisir minutieusement leur nourriture. En effet, ils n'hésiteront pas à jeter les fruits qui ne sont pas assez mûrs à leur goût et surtout ils les épluchent. Le fait qu'ils avalent presque toutes les graines des fruits qu'ils ingèrent font d'eux des acteurs importants de l'écologie : ils participent à la dispersion des graines. Ils peuvent également se nourrir de feuilles, de fleurs et de petits insectes.

Structure sociale  

Les gibbons à mains blanches vivent en couples monogames accompagnés de leurs petits. Les groupes sont généralement composés de 3 à 4 individus et n'atteignent que très rarement 6 individus. Toutefois, le système de reproduction de ce gibbon est flexible et lorsque les ressources se trouvent en grande quantité et que les individus sont très nombreux, on peut observer de la polyandrie et même de la polygamie au sein de cette espèce.

Reproduction  

Les gibbons à mains blanches atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de 10 ans environ. Certaines femelles peuvent se reproduire plus tôt mais cela reste anecdotique. La durée de gestation est de 7 mois et la femelle donnera naissance toujours à un seul petit tous les 3 ans environ. Même si le mâle n'est pas investi dans l'élevage du petit, il prendra soin de la femelle durant la gestation en la protégeant et en la nourrissant. Le sevrage du petit se fera après environ 20 mois mais celui-ci restera avec ses parents encore plusieurs années.

Protection de l'espèce  

Le Gibbon à mains blanches est classé "en danger d'extinction" par l'UICN depuis 1996. En effet, sa population est en baisse constante. La menace qui pèse sur le gibbon est due en grande partie à la chasse qui a été autorisée pendant longtemps. Le gibbon étant maintenant classé en annexe I de la CITES, tout commerce est alors interdit, que ce soit de l'animal mort ou vivant. Hélas, le gibbon est encore largement capturé par des braconniers et vendu comme animal de compagnie. Un autre danger pèse sur le gibbon, mais aussi sur l'orang-outan qui partage son habitat. Cette menace est la déforestation due aux plantations de palmiers à huile. En effet, l'équivalent d'un terrain de football est brûlé toutes les 2 secondes en Indonésie afin de permettre la monoculture de ces palmiers. Certaines associations se sont donc données pour mission de racheter un maximum de terres afin d'en faire des réserves où les gibbons ayant été recueillis suite à des maladies, des blessures, ou même les gibbons orphelins peuvent alors être relâchés dans de bonnes conditions.

Le saviez-vous ?  

Le gibbon a un chant extrêmement puissant, pouvant s'entendre à des kilomètres. Ce chant est un moyen, au sein du couple, de se séduire et de resserrer les liens. Il sert également à défendre le territoire et on peut généralement l'entendre le matin, lors du lever du soleil.

Vidéo :