Ours à lunettes

La réserve
Les animaux de la réserve...

L'Ours à lunettes est le seul ursidé présent en Amérique du Sud. Il doit son nom aux marques claires qu'il porte autour des yeux.

Galerie :  
En détail
Classe :  
mammifères
Ordre :  
Carnivores
Famille :  
Ursidés
Origine :  
Amérique du sud
Longévité :  
20 à 40 ans
Ours à lunettes
Tremarctos ornatus

Classification  

L’ours à lunettes est un membre de l’ordre des Carnivores et de la famille des Ursidés, caractérisés par :
- une grande taille ;
- un corps massif ;
- une queue rudimentaire sans fonction particulière ;
- des membres épais et puissants pourvus de griffes non rétractiles ;
- une marche plantigrade ;
- un régime omnivore ;
- une croissance lente ;
- une durée de vie assez longue (20-40 ans en moyenne) ;
- un taux de reproduction faible (une femelle élèvera en moyenne 6 à 8 jeunes dans sa vie). 

Au sein de cette famille qui regroupe 5 genres différents, l’ours à lunettes côtoie l’ours brun, l’ours polaire, l’ours baribal ou le panda. Il est le seul représentant du genre «Tremarctos», issu d’ancêtres à museau court qui vivaient en Amérique lors de la dernière période glaciaire.

Caractéristiques morphologiques  

- Longueur du corps : 1,2 à 2 m.
- Longueur de la queue : 0,5 à 0,7 m.
- Hauteur au garrot : 0,7 à 0,9 m.
- Poids du mâle : 100 à 175 kg en moyenne.
- Poids de la femelle : 60 à 80 kg en moyenne.
- Les mâles sont 30 à 40% plus gros que les femelles.

- La couleur du pelage varie du noir au marron foncé, avec des zones blanc-crème sur le museau, le cou, les épaules et le poitrail.
- L’ours à lunettes doit son nom aux taches blanches circulaires qui entourent parfois complètement ses yeux. Cependant chaque individu présente des marques différentes, et il arrive qu’un animal ait le visage complètement noir.
- Il est caractérisé par un museau plus court que celui des autres espèces d’ours.
- Ses lèvres ne sont pas fixées aux gencives, elles sont donc très mobiles et lui permettent d’attraper facilement les insectes et petits aliments.
- Cet ours est très arboricole, la plante de ses pieds lisse adhère bien aux troncs. Ses griffes longues et épaisses, ne sont pas rétractiles. Il les utilise pour grimper aux arbres ou racler le sol et les souches.
- Ses canines longues et ses molaires larges et aplaties lui permettent de broyer les végétaux fibreux.
- Ses membres puissants lui permettent de grimper aisément aux arbres.

Répartition géographique  

L’ours à lunettes est présent en Amérique du sud, dans les Andes tropicales : Colombie, Vénézuela, Equateur, Pérou et Bolivie.

Habitat  

L’espèce fréquente des milieux très variés, allant des déserts épineux aux forêts humides en passant par les prairies humides. On la retrouve de 250 à 4 750 m d’altitude. Ses déplacements sont liés à la disponibilité en ressources alimentaires, ils suivent notamment la fructification des végétaux.

Régime alimentaire  

L’ours à lunettes est omnivore, mais 96% de son alimentation sont constitués de végétaux (76 espèces de plantes au moins font partie de son menu). Il se nourrit principalement de fruits, de baies, de plantes succulentes (broméliacées, arécacées et cactus), d’écorces et de canne à sucre. Il consomme parfois des charognes, des petits rongeurs, des oiseaux ou des insectes.

Grâce à ses mâchoires puissantes, il est le seul à pouvoir broyer les écorces dures et les coeurs de broméliacées.

Les traces de griffes sur les troncs et les branches à 15 - 20 m de hauteur sont la preuve qu’il est un bon grimpeur. Pour cueillir les fruits, il fait pencher les branches avec ses pattes ou bien les casse en utilisant ses mâchoires et ses dents.

La nourriture étant disponible toute l’année, il n’a pas besoin d’hiberner comme le fait l’ours brun en France. La saison de fructification des plantes dont il se nourrit est en fait liée à l’altitude., il n’a qu’à changer de site régulièrement pour toujours trouver de quoi se nourrir. Généralement un ours reste 3 à 4 jours auprès d’un arbre lorsque ses fruits sont en fin de maturation. Il se déplace ensuite vers un autre site de nourrissage. Par ce comportement, cet ours joue un rôle important dans la dispersion des graines et la vie d’une forêt.

Structure sociale  

L’ours à lunettes est principalement un animal solitaire, mâle et femelle ne restent ensemble que durant une courte période pour s’accoupler, puis se séparent.

Chaque individu défend un territoire dont la taille varie en fonction de la disponibilité en nourriture (de 10 à 160 km² en moyenne). Ces territoires se chevauchent largement, cette espèce étant assez tolérante envres ses congénères.

La protection et la défense de ce territoire passent par un marquage olfactif et visuel de ses limites. Des sécrétions glandulaires, de l’urine ou des fèces sont déposées en des points stratégiques, aux limites du domaine. Un ours qui se présente alors à ces «bornes» de marquage sait que le territoire est déjà occupé et va s’installer ailleurs.

Les ours communiquent entre eux par divers grognements ou roucoulements, mais aussi par des mimiques et postures variées. Il existe plusieurs vocalisations différentes entre la mère et ses jeunes ou entre le mâle et la femelle en période de reproduction.

Reproduction  

Cette espèce se reproduit généralement entre les mois d’avril et de juin dans le milieu naturel. Les naissances ont lieu entre novembre et février.
- Durée de la gestation : 5,5 à 8, 5 mois. La grande différence entre ces chiffres s’explique par le fait que l’on observe une implantation différée chez cette espèce. Le développement de l’embryon peut être mis en pause pendant plusieurs mois avant de reprendre et de se terminer avec la naissance d’un jeune lorsque la disponibilité en ressources alimentaires est meilleure.

- Taille de la portée : 1 à 3 petits.

- Indépendance du jeune : vers 1 an.

- Maturité sexuelle : vers 4 à 7 ans. 

A la naissance, les jeunes ont les yeux clos (ils s’ouvrent entre 25 et 40 jours) et pèsent environ 350 g. Leur mère les élève seule et à un mois ils sont capables de la suivre lorsqu’elle cherche sa nourriture.

Ces ours ont plutôt une activité diurne. Ils se reposent à l’abri d’un rocher, d’un tronc, de racines ou au sommet des arbres sur une plate-forme qu’ils ont aménagée avec des branchages.

La longévité de l’ours à lunettes est d’environ 15 à 25 ans dans le milieu naturel, et de 30 à 40 ans en captivité.

Protection de l'espèce  

Aujourd’hui, il resterait près de 20 000 ours à lunettes dans le milieu naturel. Cependant d’ici 30 ans, cette population aura diminué de plus de 30%.

Les seuls prédateurs que rencontre cette espèce sont le puma, le jaguar et les ours mâles adultes.

Les principales causes de disparition sont la réduction ou la transformation de son habitat qui provoquent le fractionnement de ses populations et leur isolement. Cette espèce perd 3% de son habitat en moyenne par an à cause de l’extension de l’agriculture, du réseau routier, l’exploitation des mines et des puits de pétrole.

La chasse par l’Homme est également une menace importante : l’ours est accusé de la destruction des cultures de maïs et du bétail et est donc éliminé. Dans certaines régions sa viande et certaines parties de son corps sont très prisées (médecine et alimentation).

De plus, le manque de données sur la répartition et le statut de l’espèce contribue également à son extinction. Il est en effet difficile de mettre en place des plans de conservation adaptés et viables sur du long terme si tous les paramètres ne sont pas pris en compte.

Cependant l’ours à lunettes est protégé par des lois internationales et nationales. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) l’a classé dans la catégorie « Vulnérable ». De plus, il est placé en Annexe I de la Convention de Washington sur le commerce de la faune et de la flore menacées.

Les mesures de protection majeures sont la conservation et l’augmentation de son habitat et l’apaisement du conflit Homme-ours. Plusieurs zones protégées (réserves, parcs nationaux, sanctuaires) ont été créées depuis la fin du 20e siècle. Mais il faut continuer à mettre en place des corridors de protection pour relier ces différentes zoneset faciliter le déplacement des animaux.

En parallèle, des programmes sont axés sur les avantages que les populations locales pourraient retirer de leur implication dans la conservation et la gestion de l’espèce et de son environnement : création d’emplois, amélioration des conditions de vie, préservation et développement d’une région… De l’éducation du public dépend la préservation des écosystèmes dans lesquels l’ours joue un rôle important. Ainsi, chaque action de conservation est associée à des campagnes de sensibilisation et d’information auprès de tous les acteurs potentiels : villageois, fermiers, politiques, étudiants…

Le saviez-vous ?  

Les ours à lunettes font l’objet d’un programme d’élevage européen (EEP) auquel Thoiry participe. Tous les ours du programme sont répertoriés dans un studbook qui permet de suivre leur généalogie et de planifier la reproduction en évitant les risques de consanguinité.
Le responsable de ce livre généalogique est le coordinateur de l’EEP. Il collecte toutes les données sur les naissances, les morts et les transferts auprès de tous les zoos européens qui gardent cette espèce. L’histoire et l’origine de chaque animal sont prises en compte pour analyser la population captive dans sa globalité et déterminer la meilleure gestion possible pour la survie de l’espèce.
Les couples sont formés selon les recommandations de ce coordinateur. C’est ainsi que le 2 août 2011 nous avons reçu Mamacocha, afin qu’elle soit placée en situation de reproduction avec Chaparri, notre mâle âgé de 8 ans.